Game Changer

Alerte addiction : comment se débarrasser (vraiment) des points noirs ?

On a tous et toutes déjà vécu ça : vous nettoyez votre visage, vous l'essuyez, et soudain, en jetant un dernier coup d'œil dans le miroir, vous découvrez une nuée de points noirs accrochés au bout de votre nez. La lumière cruelle de la salle de bains n'arrange rien à l'affaire. Prise de dégoût, vous sortez votre arme de destruction massive, vos ongles, et commencez à presser.

Satisfaction douloureuse
À chaque extraction on éprouve comme un sentiment de plénitude. "Le fait d'agir instantanément sur le point noir avec son ongle a quelque chose d'étrangement addictif. Vous avez accompli une petite action sur votre visage. Cela donne une satisfaction immédiate qui est vraiment gratifiante", explique le Dr Samantha Boardman, M.D et fondatrice de Positive Prescription, un cabinet de pyschologie positive basé à New York.

Pour la plupart des gens, presser ses points noirs est une petite manie dont on vient facilement à bout. Chez d'autres, ça peut devenir très vite compulsif. "Chaque fois qu'on le fait, on libère une petite quantité de dopamine. C'est le même type de neurotransmetteur qui est généré par un tas d'autres comportements addictifs", explique le Dr Michelle Henry, professeur de dermatologie au Weill Medical College. La dopamine agit directement sur vos émotions, tout comme vos sensations de plaisir et de douleur. Elle contrôle le centre de récompense du cerveau, ce qui explique pourquoi presser ses comédons est si addictif et qu'il est si difficile de s'en empêcher.

Les conséquences néfastes sur la peau
Chaque séance d'extraction de points noirs provoque des dommages visibles sur la peau, en particulier en cas de pratique quotidienne. "Presser, pincer, étirer, tout ça peut affecter l'élasticité autour des pores. Ils ne récupèrent plus leur taille initiale et deviennent de plus en plus larges et visibles. Le contour de votre comédon, c'est comme l'encolure d'un t-shirt. Une fois déformé, impossible de revenir à la forme de départ. C'est un dommage irréversible", raconte le Dr Henry. Abîmer votre peau en la pressant ou la pinçant peut aussi provoquer une inflammation, de l'hyperpigmentation et des cicatrices. En plus elle introduit des bactéries, du gras et des impuretés de vos mains à vos pores, ce qui peut entraîner la formation de plus de comédons encore.

En finir avec les mauvaises habitudes
Lorsque vous ressentez cette envie irrépressible de presser, recherchez une distraction immédiate : promenez-vous, appelez un ami, rangez votre garde-robe, voire, enfilez une paire de gants. "Vous voulez en finir avec cette manie et créer une nouvelle routine qui vous empêche de partir à la chasse aux points noirs", explique le Dr Boardman. De plus, ajoute le Dr Henry, armez-vous d'un excellent produit qui élimine les points noirs sans endommager votre peau. De cette façon, vous obtiendrez une gratification immédiate, sans risque de pores dilatés, de douleur ou de cicatrices. Sa recommandation : l’Extracteur auto-chauffant Blackhead Solutions. Mélangée à de l'eau, sa formule purifiante devient auto-chauffante. Elle ouvre les pores en douceur pour que l'acide salicylique, la poudre de bambou et la pierre ponce puissent éliminer le sébum oxydé, les impuretés et les résidus sans abîmer la peau. Son applicateur à l'embout texturisé aide à dégommer les points noirs. La preuve: 93% des points noirs sont réduits en 6 semaines (cliniquement prouvé). Et tout ça sans douleur !

Photo mannequin : Christine Hahn